Projets-communs

Projet Juno-Canada

Le Comité Juno-Canada de l’Association Richelieu-Fondateur

Le Comité Juno-Canada est l’homologue du Comité Juno Canada-Normandie qui a été créé par le club Richelieu de Caen. Il est chapeauté par l’Association Richelieu Fondateur (ARF). Il a pour objectif de promouvoir le devoir de mémoire et s’intéresse tout particulièrement à la tranche d’âge des 13 à 17 ans. Dès sa création, le Comité Juno-Canada a établi des échanges réguliers avec le Richelieu International Europe, plus particulièrement avec les clubs de la Région de Normandie, avec le Comité Juno-Canada-Normandie et l’Association Weslake Brothers Souvenir (ASFW).

Un des objectifs du Comité Juno-Canada est d’encourager et de renforcer l’amitié entre jeunes Français et Canadiens, de développer et de promouvoir les relations et les échanges culturels, artistiques, touristiques et économiques entre les deux pays et de contribuer aux cérémonies commémoratives entre les deux pays. Le Comité Juno-Canada incite les jeunes par l’entremise de leur école à organiser des événements commémoratifs relatifs à l’histoire militaire du Canada en Europe, à identifier des lieux de mémoire et créer des espaces de discussion. L’armistice du 11 novembre 1918 est notamment commémoré par les jeunes Canadiens.

Du 17 juillet au 5 août 2011, l’ARF a accompagné une délégation de 50 membres de l’ASFW dont 32 jeunes en visite au Canada pour rendre hommage aux Canadiens et Canadiennes qui combattirent durant la Seconde Guerre mondiale afin de libérer la France du joug nazi. Les forces canadiennes ont en effet libéré plus de 200 communes françaises, aujourd’hui identifiées en bonne partie par des inscriptions sur les principales artères d’entrée dans celles-ci.

L’ASFW a effectué une autre visite au Canada du 1er au 26 août 2015. Une trentaine de jeunes y participaient. L’ASFW a tenu des cérémonies de souvenir dans les villes suivantes : Québec (La Citadelle), Shawinigan, Montréal (Parc Lafontaine), Ottawa (Monument national de Guerre), Toronto, London et en Beauce en plus de visiter les vétérans qui résident à l’hôpital pour vétérans à Ste-Anne de Bellevue. L’ASFW a été appuyé dans son périple par différents clubs Richelieu. Toutes ces cérémonies ont été empreintes de dignité et de respect envers ceux et celles qui ont donné leur vie pour que vive la liberté. Humanité, poésie et respect étaient au rendez-vous de chacune de ces cérémonies. Tous les textes avaient été rédigés par les jeunes.

Une tournée de jeunes canadiens en France pour visiter des cimetières militaires canadiens et d’autres lieux de mémoire n’a pas encore eu lieu. Ceci s’explique en partie par la réaction des parents des commissions scolaires qui ont décidé que la situation politique et sociale en France ne leur permettait pas d’y envoyer leurs enfants. Nous espérons évidemment que cette perception changera et qu’il sera possible d’organiser une tournée de jeunes Canadiens en France.

À titre documentaire, nous vous référons à un montage vidéo de la visite en 2011 de l’ASFW au Canada. De nombreux autres documents se référant aux visites de l’ASFW peuvent aussi être consultés sur le site de l’ASFW.

Cérémonie à Ottawa en 2011
http://westlakebrothers.free.fr/spip/spip.php?article290

Prix littéraire RIE

Le Prix Littéraire Richelieu de la Francophonie ( PLRF ) a été créé en 2009 par le club Richelieu de Paris-Neuilly.

Il est décerné tous les deux ans à un auteur dont la langue maternelle n’est pas le français, pour un ouvrage récent écrit directement dans notre langue, toute traduction étant exclue.

La sélection des livres est faite sur propositions de toutes les régions du Richelieu International Europe et de l’Association Richelieu Fondateur.

Un comité de lecture désigne les quatre finalistes. Après lecture de ces quatre ouvrages, nos clubs votent ensuite pour élire le(la) lauréat(e).
Le nom du lauréat est annoncé à l’occasion de la Semaine de la Francophonie et le Prix est remis officiellement en octobre à l’occasion du congrès annuel du RIE.

En 2017, nous décernerons notre 5 ème Prix.

Les quatre précédents furent attribués :
– En 2009 à Yanik Lahens d’origine haïtienne pour La couleur de l’aube.
– En 2011 à HyamYared, libanaise pour Sous la tonnelle.
– En 2013 à Akira Mizubayashi, japonais pour Une langue venue d’ailleurs.
– En 2015 à Katrina Kalda, estonienne pour Arithmétique des Dieux.